Grave crise au sein de la filière de valorisation de pommes de terre

Texte de la question écrite

M. Jean-François Rapin attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation concernant la grave crise que traverse la filière de valorisation de pommes de terre depuis le début de l’épidémie de Covid-19 sur notre territoire.

Après de longues semaines de confinement, cette filière a dû faire face à un blocage quasiment complet de ses débouchés habituels. Alors que la récolte 2020 va bientôt débuter, ce sont 450 000 tonnes de pommes de terre issues de la récolte 2019 qui sont stockées par les producteurs, dans l’attente d’une solution viable.

Les professionnels du secteur, inquiets quant au devenir de ce surplus, souhaitent mettre en place des alternatives de valorisation de ces stocks (alimentation du bétail, méthanisation, filière amidon, dons aux associations caritatives). Néanmoins, cela ne serait possible qu’avec un soutien financier public estimé à 35 millions d’euros. Il est important de préciser que la perte sèche de valeur liée à l’absence de vente et supportée par la filière est évaluée à 200 millions d’euros.

Afin d’éviter tout dépôt sauvage dont les conséquences pourraient être multiples tant au niveau sanitaire qu’environnemental et pour soutenir la filière de valorisation de pommes de terre, il lui demande ce que compte entreprendre le Gouvernement pour assurer la survie de cette filière durement impactée par la crise sanitaire.

En attente de réponse du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.