Impact de la crise sanitaire sur les radios indépendantes

Interpellé par plusieurs radios indépendantes situées dans le département du Pas-de-Calais et soucieux de leur pérennité, j’ai souhaité interroger Monsieur le Ministre de la culture afin de savoir ce que compte mettre en œuvre le Gouvernement pour aider ces radios indépendantes touchées de plein fouet par la crise sanitaire actuelle.

Texte de la question écrite 

M. Jean-François Rapin attire l’attention de M. le ministre de la culture concernant la situation préoccupante des radios indépendantes depuis la crise sanitaire due au Covid-19.

La France compte de nombreuses radios indépendantes qui regroupent quotidiennement neuf millions d’auditeurs. Ces radios, chères aux habitants de nos départements, expriment la voix des territoires et sont un média de proximité indéniable.

En pleine crise sanitaire, de nombreuses radios ont su s’adapter pour maintenir leurs programmes, au travers de dispositifs sanitaires stricts au sein de leurs locaux et de la mise en place du télétravail, avec un souci constant et partagé par tous les professionnels du secteur : fournir une information de qualité avec un intérêt local important, permettre des contacts et échanges entre auditeurs et divertir les Français, plus nombreux à écouter la radio en ces temps particuliers.

Alors que leur audience est en progression, les radios indépendantes se retrouvent confrontées à une forte baisse de leurs recettes, vivant uniquement des ressources commerciales issues de la vente d’espaces publicitaires. Le manque à gagner est important et remet en question la pérennité même de leur activité et bien sûr les emplois qu’elles génèrent sur l’ensemble des territoires. Selon le syndicat des radios indépendantes, au mois de mars 2020, les recettes publicitaires des radios indépendantes ont été divisées par deux. La crise durant, les prévisions pour les semaines à venir sont encore plus pessimistes.

Aussi, il lui demande ce que compte mettre en œuvre le Gouvernement pour aider ces radios indépendantes touchées de plein fouet par la crise sanitaire actuelle et donc maintenir un paysage radiophonique dense et pluraliste, indispensable pour les Français.

En attente de réponse du Ministère de la culture.